GESTE

LUSO-CANADIENNE

Gesta Luso-Canadiana  Portuguese canadian accomplishements

CLIQUER SUR LES MOTS EN ROUGE POUR VOYAGER À TRAVERS LA
MÉMOIRE LUSO-CANADIENNE

 


Cá nada!(Ici rien)
Frustrés car ils rencontrent seulement des terres gelées et inhospitalières, serait dans cette expression de déception des premiers navigateurs portugais, qui ont approché ces rivages, l'origine du nom Canada.
Fabulation où pas, la présence portugaise à Terre Neuve et le long de la côte canadienne de l'Atlantique Nord est historiquement soutenue par l'immense cartographie de l'époque aussi bien que par la toponymie d'origine portugaise de certains des endroits nommés sur ces parages.
Selon l’avis de crédibles historiens, la présence portugaise à Terre-Neuve remonte au début du siècle XVIe siècle ou probablement encore plus tôt, en donnant ainsi naissance à l’épopée de la morue.

Il est fort probable que la première église à Terre-Neuve, plus précisément dans la région de Placentia, a été également établie par les Portugais.



 Le navigateur João Vaz Corte-Real est, probablement, arrivé à Terre Neuve en 1472


Jusqu'à une récente date, quand les banques de poissons semblaient inépuisables, la présence des flottes de pêche portugaises dans les ports de la Terre-Neuve a toujours été un grand événement. Des bateaux comme le Gil Eanes et le Creoula resteront pour toujours enracinés dans notre imaginaire collectif et la mémoire de leurs accomplissements ne sera pas oubliée. Pour que la mémoire de tel geste ne s'efface pas, restent, comme témoins, la statue de Gaspar Corte-Real, érigée en 1965, à Prince Philip Drive, et l'image de Notre Dame de Fátima, offertes, comme signe de reconnaissance, par les pêcheurs portugais au peuple de la Terre-Neuve.


 

En 1918, le professeur Edmond Burke Delebarre, de l'Université Brown, a provoqué une polémique allumée en défendant la théorie que les diverses inscriptions sur la célèbre "Digthon Rock", trouvée dans le "Taunton River", prouvent le passage de Miguel Corte Real par des terres de l'Amérique du Nord.

À propos de Miguel Corte-Real, est-ce-que vous connaissez la fantastique légende du vaisseau de feu de la Baie des Chaleurs?


 

Au long des siècles, plusieurs aventuriers ont participés à la colonisation du Canada, au nom des rois de la France et de l'Angleterre.
Le plus célèbre a été Pedro Da Silva, natif de Lisbonne, arrivé dans ces terres à une date incertaine.Il a marié Jeanne Greslon, en 1677, laissant une nombreuse progéniture. Il décède le 2 août 1717 à Québec. Presque tous les daSilva, Sylva et Dasylva actuels sont ses descendants.
Ce courageux Silva est aujourd'hui figure historique car il a été le premier facteur officiel du Canada, en transportant pendant plusieurs années les messages du gouverneur de la Nouvelle France entre Montréal et la ville de Québec.

Le 6 juin 2003, Postes Canada émettra un timbre en hommage à Pedro da Silva

Sans oublier beaucoup d'autres qu'y ont laissé nom et faits remarquables, tels comme un certain João Afonso célèbre pilote qui a accompagné Monsieur de Roberval dans une expédition au Canada, Mateus da Costa qui a participé à la colonisation de l'Acadie et même João Rodrigues, qui est mort à Beauport en 1720, et qu'on affirme être l'ancêtre de beaucoup des "Rodrigue" actuels.

Jacques Cartier

Saviez-vous que Jacques Cartier, à l’âge de 17 ans, embarqua sur un navire qui était sous commandement Portugais et qu'il était d'ailleurs interprète en langue portugaise?

On devrait également noter que les premiers juifs d'origine portugaise sont arrivés à Montréal en 1760, y ayant établi en 1768 la première synagogue du Québec et du Canada.

Fait intéressant, on constate aussi que le vin de Porto est arrivé à Terre Neuve aux premiers temps de la colonisation.


 

Depuis ce temps, beaucoup d’autres Portugais ont continués à s’ établir au Canada tel que Francisco Da Silva (1841-1920), un peintre connu, qui a vécu une grande partie de sa vie à Hantspont, en Nouvelle Écosse. Un autre célèbre portugais, António Da Silva, est arrivé à Terre-Neuve en 1920 à l'âge de 13 ans où il a vécu jusqu'à son décès, en ayant laissé une nombreuse descendance. L'histoire de sa vie est immortalisée dans le film "The Stowaway".

 


Toutefois, l'immigration portugaise au Canada a seulement atteint des nombres significatifs déjà dans la deuxième moitié du XXe siècle, plus précisément à partir du 13 mai 1953, quand le premier contingent de 85 immigrés portugais ( 67 du Portugal continental et 18 des îles des Açores) est arrivé au Canada. Ils ont quittés Lisbonne le 8 mai et sont arrivés au port de Halifax, à bord du navire Satúrnia, entrant dans le territoire canadien par le célèbre PILIER 21.
Peu après, le 1 juin, un autre contingent de 102 Portugais, cette fois originaire de l'île de Madère, arrive à Halifax, à bord du Nea Hellas.

Actuellement, on estime à environ quatre cents mille le nombre de luso-canadiens, établis de l’Atlantique au Pacifique, dans les terres canadiennes.




 

La communauté la plus importante est établie à Toronto, dans la province de l’Ontario, où environ deux cents mille luso-canadiens vivent et travaillent. Récemment, a été proclamée la loi 2001 qui reconnaît officiellement le 10 juin comme le jour de la Communauté Portugaise d’Ontario.

 


À Montréal, la belle capitale de la langue française de l'Amérique du Nord, dans la province du Québec, habitent environ cinquante mille luso-canadiens, la grande majorité d'entre eux provenant des îles des Açores.

 


À Vancouver, Columbia Britannique, habitent environ dix mille luso-canadiens qui se sont établis dans cette ville principalement à partir des années 60.





À Winnipeg, Manitoba, sont concentrés environ huit mille luso-canadiens principalement dans une zone déjà considérée "le coeur de la communauté portugaise", autour d' instituitions tels que l'église d'Imaculada Conceição et l'Association Portugaise de Manitoba.



À Calgary, dans la province d'Alberta, une ville en expansion, vivent environ six mille luso-canadiens. Leurs principaux organismes sont le Club Portugais de Calgary et l’Église Notre Dame de Fátima.



La Geste luso-canadienne est actuellement bien illustrée dans la vaste Bibliographie produite, au cours des dernières 50 années, par plusieurs auteurs d'origine portugaise et canadienne.




Au fur et à mesure que la Communauté Luso-Canadienne s’éparpillait de l’Atlantique au Pacifique, dans l’espoir d'une vie meilleure, au long de ce demi-siècle, beaucoup d'auteurs Luso-Canadiens, ont semés leurs expériences et sentiments par un nombre croissant de livres, de journaux et de magasines de langue portugaise.
Dans les dernières années, ont commencé à apparaître plusieurs auteurs canadiens qui s'inspirent dans la réalité luso-canadienne pour créer certains de leurs travaux. Heureusement, dans la presse au Portugal apparaissent déjà, sporadiquement, quelques articles qui se penchent sur la réalité luso-canadienne.




Récemment, avec l’avènement des nouvelles technologies et avec le développement des mass média il est possible de cataloguer et d'enregistrer les Luso-Canadiens voués aux lettres et aux arts qu'avec leur travail, favorisent et divulguent la culture lusophone.
Est également possible de trouver présentement dans les mers de l'internet une importante quantité de matériel académique indispensable pour la compréhension de la trajectoire socioculturelle de la communauté portugaise.



Grâce à beaucoup d’efforts et de dévouement, l'enseignement de la langue portugaise aux jeunes luso-descendents a lieu à travers tout le Canada, dans les déjà renommées Escolas de Sábado-Écoles de Samedi.
Fruit de la plus grande visibilité de la Communauté Luso-Canadienne et avec l'importante croissance de  l'espace lusophone dans le monde, l'enseignement de la langue portugaise a atteint, dans les dernières années, une plus grande visibilité dans plusieurs Universités Canadiennes.


Pendant la célébration des 50 années de l'arrivée officielle des Portugais au Canada, la communauté portugaise relèvera le défi de trouver son IDENTITÉ. Jusqu'ici, la communauté a été condamnée à l'isolement, happée entre le vertige mortel du ghetto et de l'assimilation.
Soudainement, grâce à la révolution technologique actuelle, la communauté a vu ses liens renforcés (rattachés) avec le vaste monde de la lusophonie . Ceci lui permettra de rêver d'un destin plus prometteur où la langue portugaise, simultanément facteur d'identité et instrument de communication, aura une fonction cristallisante de premier plan.

PRESENCE PORTUGAISE AU CANADA:


Auteur:Manuel Carvalho-Version française:Paula Carvalho

VOLTAR...BACK...RETOURNER